Archives de Tag: manifestation

10 DECEMBRE @ STRASBOURG

Par défaut

Publicités

Report d’Indignés de Strasbourg sur la journée du 11-11-11 & sa suite.

Par défaut

Tôt dans la matinée du 11 Novembre, un petit groupe de volontaires convergeait vers la place Kleber de Strasbourg pour y préparer la manifestation prévue à onze heures. Il s’agissait de mettre en place des banderoles et cartons préparés pour l’occasion, mais aussi d’amener du café, une grande marmite de soupe et d’autres éléments pour passer une journée conviviale d’indignation visible parmi les passants.

La police embarque, pour des raisons obscures, une petite dizaine de personnes et les conduit au commissariat central pour « contrôle d’identité ». Il seront relâchés quelques heures plus tard et rejoindront les Indignés.

Dès le début de la manifestation, un cordon de CRS en armures (comprenez en accoutrement anti-émeute) entoure la statue de Kleber et les manifestants; la tactique de la « cocotte-minute » est en place: ceux qui sortent ne peuvent plus revenir, et ceux qui rentrent soutenir -s’il le peuvent- doivent rester sur place.

 

Ambiance « bon enfant » mais déterminée, des catégories sociales différentes « représentées », toutes générations confondues, beaucoup se succèdent au porte-voix.

L’expression populaire et encouragée sous toutes ses formes: parole directe, murs d’expression, cahiers d’expression, craie au sol, « micros trottoir » filmés.

Beaucoup de messages revendicatifs ou dénonciateurs fleurissent de toutes parts



11-11-11-61611-11-11-60211-11-11-59711-11-11-20311-11-11-60311-11-11-606
11-11-11-60811-11-11-61011-11-11-61411-11-11-61711-11-11-62511-11-11-626
11-11-11-63811-11-11-64711-11-11-65211-11-11-65911-11-11-66111-11-11-662
11-11-11-67711-11-11-68111-11-11-68311-11-11-68411-11-11-68711-11-11-689

Un album complêt: 11/11/11 @ Strasbourg

Une partie des Indignés, accompagnée de sans domiciles fixes concernés mettra en place l’occupation d’un bâtiment vide de la mairie, avec pour but l’ouverture d’un local pour dormir, se retrouver, partager, en permettant aux SDF de Strasbourg de trouver un refuge alternatif aux conditions courantes d’hébergement, comme un « 115 » controversé et décrié par leurs utilisateurs habituels;

Vers 23h45 le groupe d’une grosse vingtaine de personnes des deux sexes pénètre dans le lieu dit « La Belle Mire », et commence d’amblée son nettoyage, le rebaptisant « la Crèche des Indignés ». La police arrive immédiatement sur les lieux, l’alarme s’étant déclenchée (puis coupée). Nous avons préparé, en plus des banderoles mises aux fenêtres, un communiqué transmis à la presse et proclamé à la fenêtre du lieu, à l’attention des flics.

« Nous sommes les Indignés, nous incarnons à Strasbourg le mouvement global, nous sommes ici pour obtenir des conditions de vie dignes. Suite à la journée d’occupation de la place Kléber, nous avons, pour répondre à l’urgence, décidé d’occuper le lieu dit belle-mire. Nous sommes solidaires de toutes les réquisitions passées, présentes et futures, en ce qui concerne l’occupation des lieux vides. Nous souhaitons garder ce lieu pour tenter d’y vivre libres. Et ensemble » Signé: Des Indignés

Il repartiront d’abord « brecouilles », laissant planer un parfum de victoire au sein du groupe, qui a été rejoint par quelques camarades venus soutenir l’action et être témoins des agissements policiers.

Quelques heures plus tard, c’est une compagnie de CRS en armures qui a entouré le bâtiment et bloquant toute la rue, lançant un ultimatum aux occupants. Grossièrement: sortir ou être tabassés. La décision et la mise en pratique de l’occupation d’un lieu s’étant faite dans un cours laps de temps, la préparation à de tels choix n’avait pas pu être correctement préparée.

Nous sommes sortis sous une « haie de déshonneur » de flics qui nous comptaient à notre  passage. Nous avons rejoint d’autres camarades revenus entre-temps nous soutenir physiquement, et nous nous sommes peu à peu séparés en plusieurs groupes, avec la ferme intention de continuer un combat que nous estimons juste, humain et malheureusement d’actualité: le secours des sans-logis alors que la température chute vite. Quinze personnes étant mortes à Strasbourg depuis le début 2011, nous comptons faire en sorte qu’il n’y en aie pas d’autres. Nous entendons combler un manque social écœurant. Par Ced [14/11/11]

via L’ALSACE LIBERTAIRE » Occupation de la Grande Mire – Résumé.
[Pour recontextualiser un peu : ce 11 novembre était une journée mondiale d’action du mouvement des indigné-e-s. A Strasbourg, un rassemblement a eu lieu à partir de 11 heures sur la Place Kleber, rassemblement qui fut perturbé par une 30aines de CRS, de flics de la nationale et de civils qui l’ont encerclé toute la journée. Dans ce cercle ont eu lieu diverses choses (AG, ateliers, commissions…) puis, la nuit, des indigné-e-s ont tenté une occupation de la Belle Mire avant de s’en faire déloger ; NDGeorges]

Petit Résumé plus concret de la nuit (à 7h35 le 12/11/11)

Une occupation s’est mise en place à belle mire (Montagne Verte). On a investi les lieux vers 23h, la police a débarqué quelques minutes après. On a barricadé et redécoré la « crèche des indignés » à coups de banderoles. Après une petite heure de négociation, la police nous déclare qu’elle nous laisse les lieux jusqu’au lendemain. Une première victoire, un endroit pour se réunir en AG, pour commencer un travail concret, pour accueillir des sans abris avec l’hiver qui s’annonce.

Tout se passe bien jusqu’à 4h du matin, où nous sommes pris de surprise par une garnison de police, peut-être une cinquantaine. Nous sommes sommés de descendre de suite sous peine d’assaut du bâtiment. Après réflexion, il a été décidé que de se faire matraquer, gazer n’était pas utile, on aurait peut être tenu une vingtaine de minutes maximum, mais on aurait tous fini interpellés. On a donc décidé de sortir, tout notre barda dans les mains, avec une jolie haie d’honneur de Robocops et la tête haute malgré tout.

Bref, on a quand même réussi quelque chose de pas mal ce soir, on a réussi à avoir un endroit pendant quelques heures. Il est désormais à nouveau vide et sans aucune utilité.

La lutte continue, on lâche rien.

Quelques raisons à nos actions:
PAROLES DE SANS DOMICILES FIXES

http://www.dailymotion.com/embed/video/xmb14j